7 conseils pour s’entraîner efficacement quand il pleut

Ce week-end, c’était sortie longue ! Une sortie de 16 km prévue samedi matin. En regardant par la fenêtre, je ne pouvais pas éviter de me dire qu’il faut parfois une sacré volonté pour s’entraîner quand la météo fait des siennes… C’était le déluge dehors ! Il a donc fallu s’équiper en conséquence. Je partage donc aujourd’hui avec vous mes 7 conseils pour une séance de course à pied sous la pluie.

Il faut dire que selon la période de l’année, on peut être moins motivé à enfiler ses baskets. On connaît toutes et tous ces périodes de mou, durant lesquelles le sport est plus une contrainte qu’un plaisir. Alors quand ça survient durant l’hiver, lorsqu’il pleut, qu’il vente ou qu’il neige… N’en parlons même pas…

Si vous faites toute de même partie de celles qui ont la force de caractère pour braver les éléments, voilà une liste de 7 conseil pour vous entraîner lorsqu’il pleut.

Optez pour une veste déperlante ou mieux, Gore-Tex

Qui ne connaît pas cette désagréable sensation d’avoir sa veste qui perce… L’eau fini par détremper les vêtements qui se trouvent en dessous… Au final, on n’attend plus qu’une chose : rentrer au plu vite car on se les gèle…

Pour remédier à ce problème, la solution est d’opter pour une veste adaptée à ces conditions climatiques. Une veste déperlante peut être une solution pour les sorties pas trop longues. Toutefois, l’idéale reste la veste Gore-Tex.

Le Gore-Tex est un matériau de haute technologie très fin, qui dispose d’un haut niveau d’imperméabilité et d’un haut niveau de respirabilité. En d’autres mots, cette membrane va revenir l’eau à l’extérieur, tout en permettant à la transpiration de s’évacuer.

Si vous souhaitez évaluer le niveau d’imperméabilité d’une veste, pensez à jeter un œil à son indice Schmerber. Cet indice est l’unité de mesure de référence pour connaître la pression à  partir de laquelle une veste commence à percer (1 Schmerber = 1 mm de colonne d’eau = 10 Pa = 01mbar). Plus cet indice est élevé, plus la veste est imperméable…

Toute la subtilité sera de trouver le meilleur équilibre entre imperméabilité et respirabilité… Car comme vous vous en  doutez, plus l’indice Schmerber sera élevé, plus la respirabilité de la veste aura tendance à diminuer…

Chaussures adaptées

Je dispose de plusieurs paires de baskets. En cas de pluie, j’évite généralement d’utiliser mes nouvelles paires de baskets. Je veille néanmoins à ce que le niveau d’usure ne soit pas trop avancé pour limiter le risque de glisse… (Je vous rappelle cet article sur le choix de vos baskets de running pour femme 😉 ).

Si vous vous demandez à quoi servent tous ces dessins sous la semelle, c’est justement à ça ! Appelées « gouttières », ces rainures ont pour but d’évacuer l’eau et d’assurer un bon niveau d’accroche de la chaussure sur le sol.

Outre la chaussure, pensez également à opter pour des chaussettes de running pas trop épaisses. Fabriquées en matériaux synthétiques, elles auront pour particularité de moins absorber l’eau.

A votre retour, pensez à enlever la semelle intérieure de vos baskets pour les laisser sécher. Evitez également de mettre vos chaussures sous un radiateur dont la chaleur aurait tendance à les déformer. 😉

Optez pour une casquette

Hormis lors de courses, je ne cours que très rarement avec une casquette running. Une exception cependant par temps de pluie.

Il en existe de différents modèles dont l’épaisseur ou la matière diffère selon la saison à laquelle elle est destinée. Pour l’été, un modèle léger et respirant est à privilégier. Pour l’hiver, optez plutôt pour un modèle au tissu épais.

Même si le tissu qui la compose n’est pas imperméable, elle aura pour effet de protéger votre visage de l’eau grâce à sa visière.

Jouez sur les couches !

Si la veste imperméable vous protégera de l’humidité, son rôle n’est pas de vous garder au chaud. Enfin disons qu’elle y contribue en respectant certaines règles…

Le meilleur moyen de se préserver du froid lorsqu’on court est de jouer sur différentes épaisseurs de vêtements.

  • La 1re couche se compose d’un sous-vêtement respirant. Elle est en contact direct avec la peau et va permettre d’évacuer la transpiration tout en séchant rapidement. Odlo est l’une des marques que je recommande pour ce type d’épaisseur (pas de pub, juste une appréciation personnelle ;-).
  • La 2e couche est appelée couche d’isolation thermique. Elle va permettre de vous isoler du froid et de conserver la chaleur produite par votre corps.
  • La dernière couche est quant à elle la veste imperméable que nous avons abordée plus haut.

Pensez à votre visibilité

Sécurité, encore et toujours…

Elément abordé régulièrement mais hooo combien indispensable…

Lorsqu’il pleut, la visibilité est réduite, tant pour le coureur que pour les automobilistes. Optez dès lors pour des vêtements visibles. Le jaune fluo est l’une des meilleures couleurs pour être vu de loin.

Au moment de l’achat, pensez également à vérifier si des zones réfléchissantes se trouvent sur le vêtement. Elles attireront l’attention des automobilistes dont les phares sont allumés.

Enfin, pensez à emporter un éclairage, surtout si vous planifiez votre séance tôt le matin ou en fin de journée.

Pochette étanche

Si des billets de banque détrempés peuvent facilement sécher, votre smartphone ou document sd’identité risquent de moins apprécier l’eau…

Afin d’éviter ce genre de désagrément, optez pour une pochette imperméable. Si vous préférez une formule low coast, un sac à zip pourra également faire l’affaire.

Adaptez votre course

Dans le point relatif aux chaussures, j’ai abordé la question de l’évacuation de l’eau. Je pense donc plutôt ici à l’attention globale que vous devez apporter à la route et à l’environnement avoisinant.

La visibilité étant réduite, soyez attentive aux ornières, aux trous ou aux obstacles que vous pourriez rencontrer. A l’aube de l’hiver, pensez également au fait que chutes des feuilles et humidité ne font pas bon ménage…

 

Dernière petite chose : pensez à changement rapidement de vêtements lors de votre retour. On a tendance à vite se refroidir lorsqu’on n’est plus en mouvement… Ça coule de source et pourtant on  tendance à l’oublier. 😉

Vous avez d’autres conseils pour une course sous la pluie réussie? N’hésitez pas à nous en faire part en laissant un commentaire. Pensez également à jeter un oeil aux rubriques « Débutantes » ou « Training » afin d’y retrouver régulièrement de nouveaux conseils spécialement dédiés aux coureuses à pied que vous êtes.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.